Une "forêt de protection" à Rambouillet

 
 

La forêt de Rambouillet est un bon exemple de ces forêts que le législateur a voulu protéger. C’est une vraie forêt périurbaine, essentielle au bien-être des quelques 10 millions de visiteurs annuels mais surtout de la population riveraine (90.000 habitants rien que dans les 40 communes du noyau central de Rambouillet). La forêt et le paysage sont les éléments essentiels de l’attractivité de ce secteur des Yvelines. Ils sont pourtant menacés par le développement de l’urbanisation et des infrastructures.

La forêt de Rambouillet abrite aussi une grande variétés de milieux, à l’origine d’une faune et d’une flore intéressante. L’intérêt de ces espèces a justifié la désignation de 3 sites « Natura 2000 » et de 600 hectares de réserves biologiques domaniales. La préservation de ces espèces et habitats remarquables, la bonne gestion du gibier et des populations de Cerfs qui ont fait la réputation du massif, nécessitent d’éviter le cloisonnement de la forêt. C’est le deuxième motif du classement en forêt de protection.

Par ailleurs, bien que cela ne fasse pas partie des motifs explicites du classement mentionnés dans le code forestier, la sécurité des approvisionnements en eau potable (en quantité mais surtout en qualité) apparaît comme un motif supplémentaire de protéger le massif de Rambouillet. C’est ce qu’a reconnu le législateur en modifiant les textes sur la forêt de protection en 2005 pour y permettre d’utiliser les ressources hydrologiques, répondant ainsi à la demande faite lors de la concertation préalable par les syndicats d’alimentation en eau potable de la région de Rambouillet.

Comme la forêt de Fontainebleau, d’ailleurs classée en forêt de protection en 2002, le massif de Rambouillet est un espace remarquable aux portes de Paris.

En demandant à classer Rambouillet en forêt de protection, le Premier Ministre de 1991 a voulu protéger un ancien massif royal, historique, et qui a encore toutes les caractéristiques et le fonctionnement d’un vrai grand massif forestier. Pour des raisons écologiques et le bien-être de la population, certes, mais aussi parce qu’il existe encore une vraie économie forestière à Rambouillet. La forêt domaniale couvre plus de 14.000 hectares ; et la moitié du massif est composée de parcelles privées, appartenant pour 40 % à des propriétaires de plus de 25 hectares soucieux de bien gérer leur forêt, qui ont doté leur propriété d’un plan simple de gestion.

La demande de mettre sous statut de forêt de protection le massif de Rambouillet s’inscrit dans un cadre régional ]. Le classement est préconisé :
 par le Schéma Directeur de la Région Ile-de-France. Approuvé le 28 avril 1994, il fixe comme orientation relative à la nature et à la réduction des nuisances, la notion de « préservation et valorisation des espaces boisés et paysagers ». Il précise que l’intégrité des bois et forêts sera assurée, que le classement en forêt de protection des massifs les plus exposés sera poursuivi afin d’assurer leur conservation et leur protection comme composantes du patrimoine régional ;
 par les Orientations Régionales Forestières. Au titre de la « protection du patrimoine foncier », il est proposé de « généraliser le classement en forêt de protection principalement pour les forêts de la proche couronne et pour les forêts les plus fréquentées de la deuxième couronne ».

> présentation des motifs du classement - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,00 Mb