Le risque mouvements de terrain liés aux marnières

Dans le but d'amender les terres acides pour la culture céréalière, de nombreuses exploitations de marne ont eu lieu de manière anarchique, le plus souvent dans des champs, sans que l'on ait de trace précise de ces "marnières".

On retrouve ces "carrières" dans les communes situées autour de la Nationale 10 de Guyancourt à Boinville-le-Gaillard, en passant par Rambouillet.

Les désordres affectant les marnières peuvent se propager jusqu'en surface provoquant un effondrement localisé. L'effondrement résulte de la rupture brutale des terrains de recouvrement et avoir deux origines possibles : le débouchage d'une puits partiellement comblé ou la montée de cloche de fontis (vide qui progresse vers la surface par ruptures successives des terrains).

Depuis 2020, la Direction Départementale des Territoires (DDT) des Yvelines élabore, avec l'Inspection Générale des Carrières, des porter à connaissance (PAC) marnières pour les communes exposées aux risques de mouvements de terrain liés aux marnières.

Le PAC est un document non-réglementaire, qui met à disposition des communes de la connaissance et de l'information. Il contient des recommandations et non pas des prescriptions, à la différence du PPRN (document réglementaire). Ainsi, il est recommandé aux communes ayant fait l'objet d'un PAC marnières :

  • de faire mention de l'état des risques naturels dans la note de présentation de leur plan local d'urbanisme (PLU) ;
  • d'intégrer les cartes de l'aléa en annexe du PLU ;
  • d'indiquer dans le règlement du PLU que l'article R. 111-2 du code de l'urbanisme est à appliquer dans les secteurs concernés par l'aléa.

Sélectionnez votre thématique